OIKOS-POROS, Une traversée graphique

Exposition au Musée du Dessin et de l'Estampe originale

“Oikos-Poros, une traversée graphique” est une exposition personnelle de l’artiste Anaïs Lelièvre co-produite par le Frac Picardie qui se déroule du 30 janvier au 7 novembre 2022 au Musée du Dessin et de l’Estampe originale de Gravelines.

À l’invitation du Frac Picardie, ce projet est conçu pour l’ancienne casemate du Musée du dessin et de l’estampe originale à Gravelines.
L’exposition est évolutive et visible jusqu’au 7 novembre 2022.

Oikos-Poros est une installation labyrinthique qui envahit le refuge souterrain du Demi-bastion, ouvre cet espace-rempart et nous immerge dans un nouvel univers, puisant ses références dans l’histoire de Gravelines et de ses relations avec l’Islande.

Ville portuaire et fortifiée, Gravelines dessine dans sa forme urbaine la coexistence de la clôture et de l’ouverture : entre défense et invitation, interruption des passages et fluctuations multiples. Suivant la piste des anciens pêcheurs de Gravelines allant trouver leurs ressources en Islande, Anaïs Lelièvre aborde ce territoire en prolongeant des recherches menées depuis sa première résidence islandaise en 2015, qu’elle décrit comme la première “porte” qui s’ouvrit vers l’ailleurs.

Le titre réfère à cette proposition de l’architecte Benoît Goetz : Pas d’habitation sans passage, pas d’oikos sans poros (Théorie des maisons). La dualité clôture-ouverture retentit dès lors comme l’image d’un nœud fondateur de la demeure et d’une posture physique et psychique d’être à l’espace. À travers la figure d’un port fortifié, interroger des formes d‘“habiter” qui se bâtissent dans la mobilité : dans l’attention à ce qui a lieu entre les lieux.

Le dessin matriciel de l’œuvre est celui de la texture poreuse d’une pierre de lave que l’artiste a rapportée d’Islande. Numérisé et imprimé, multiplié et progressivement agrandi, ce dessin se déploie hors de ses limites jusqu’à atteindre l’échelle d’un environnement immersif.
Les multiples panneaux métalliques imprimés sont découpés et pliés pour évoquer des architectures en réduction ou en train de s’élever. Leur forme est une synthèse extraite de deux modes d’habitation rencontrés : d’une part, à Gravelines, le vocabulaire angulaire et modulaire du système de fortification ; d’autre part, les maisons de tôles islandaises, à la fois préfabriquées et aux déclinaisons plurielles, et rappelant, dans leur forme de précarité, le risque permanent d’invasion volcanique.

Entre muralité, voire murailles, et porte ouverte ou entrouverte, chaque module pourra, lors de nouvelles présentations, être plié ou déplié différemment, dressé ou allongé, isolé ou amassé en groupes. L’installation est à la fois définie par ses parties et indéfiniment évolutive dans ses agencements. Oikos-poros préserve un principe de mobilité, que l’artiste peut à tout moment activer au fil de l’exposition, tel un lent processus d‘“habitation” opérant par suite de réaménagements.

©Irwin Leullier

Dossier de presse


Résidence “Fresh winds”, Islande